On a beau dire, l'étude des ouvertures est incontournable et vraiment rentable pour vite progresser ! Bien sûr, en comprendre les idées est bien plus important qu'en connaître par cœur les suites de coups. J'en ai fait récemment l'expérience en cherchant une nouvelle suite à la partie italienne, que je joue régulièrement avec les blancs. Je trouvais le giuocco piano un peu trop piano ! La suite plus tranchante transpose dans l'attaque Max Lange, qui m'a valu quelques jolis succès déjà rapportés sur ce blog. Et lorsque les noirs cherchent à l'éviter, il existe une alternative, que Emms et Flear nomment le "gambit Max Lange" dans leur monographie "dangerous weapons e4e5" et qui est tout aussi dangereuse pour les noirs. La miniature qui suit en illustre, je crois, les principales caractéristiques. Bien sûr, il s'agit d'une miniature, ce qui implique que mon adversaire a fauté et a accéléré sa perte. Néanmoins, il n'a pas commis de gaffe d'après l'analyse de Fritz qui n'hésite pourtant pas à distribuer lourdement les doubles points d'interrogation !

1.e4, e5 2.Cf3,Cc6 3.Fc4,Fc5 4.0-0
au lieu du traditionnel 4.c3 (le giuocco piano)

ouvmini1

4...Cf6 Le coup le plus logique. Sur tout autre coup, je joue 5.c3

5.d4!?
Le début des hostilités. Ce pion est sacrifié pour une attaque romantique à souhaits !

ouvmini2

Les noirs ont 3 façons de prendre ce pion téméraire. La plus naturelle est 5...exd4. Cela permet aux blancs de lancer l'attaque Max Lange par 6.e4,d5 7.exf6,dxc4 etc. Il s'agit toujours d'une partie violente où les deux camps doivent être extrêmement précis. Il est dit qu'une bonne défense permet aux noirs de résister, voire de pouvoir prendre l'avantage, mais toute erreur se paie cash ! D'où le recours aux alternatives pour les noirs. Bien sûr, la seconde façon 5...Cxd4?! ne gagne pas de matériel car permet 6.Cxe5. C'est pourtant une suite assez sûre pour les noirs après 6...Ce6 ou 6...De7, probablement insuffisamment jouée. Dans la partie, les noirs ont choisi la 3e option : 5...Fxd4, qui relève le défi du gambit tout en évitant l'attaque Max Lange. Les blancs s'emparent du fou : 6.Cxd4

ouvmini3

Ce coup tend un premier petit piège : la reprise du cavalier par le pion est déconseillée : 6...exd4 entraîne les noirs dans une série de coups qui exposent le roi après 7.e5,d5 (il ne faut surtout pas jouer 7...Cxe5 à cause de 8.Te1,d6 9.f4 et le cavalier est perdu). Une suite somme toutes très proche de l'attaque Max Lange que les noirs ont cherché à éviter ! Les noirs jouent donc logiquement 6...Cxd4 mais les blancs ont maintenant un coup très fort : 7.f4! qui, comme tous les bons coups, fait plusieurs choses à la fois : 1) il menace de supprimer e5, le défenseur du Cd4, 2) mais surtout il active la tour sur la colonne f et attaque le pion f7

ouvmini4

Néanmoins, ce coup offre un second pion aux noirs : un nouveau (pseudo) sacrifice dans la plus pure tradition romantique. Dans la partie, les noirs acceptent le sacrifice par 7...Cxe4

ouvmini5

Dans cette position apparemment simple, les blancs disposent d'une forte attaque. Il serait maladroit de jouer 8.fxe5 car les noirs peuvent sauver leur cavalier tout en protégeant la case f7, par 8...Ce6. Il est ici nécessaire de jouer le fort sacrifice 8.Fxf7! qui va empêcher le roque noir et permettre, au minimum, de récupérer le matériel investi avec avantage. Les noirs n'ont pas de meilleur coup que d'accepter ce sacrifice. La preuve ? a) Après 8...Re7 et 9.fxe5, les noirs doivent protéger leur cavalier. Sur 9...Cc6 10.Fd5! attaque le Ce4 et menace Fg5+ qui prend la dame en enfilade. Sur 9...Ce6, j'ai imaginé la suite : 10.Fxe6, dxe6 11.Df3,Dd5 12.Df7+,Rd8 13.Fe3 (un coup prophylactique important car l'attaque à tout va par 13.Dxg7?? expose à 13...Dd4+ 14.Rh1,Cf2+ et sur 15.Txf2 suit 15...De1+ suivi du mat, et sur 15.Rg1 suit un mat à l'étouffée : 15...Ch3+ 16.Rh1,Dg1+!! 17.Txg1,Cf2#) 13...Dxe5 14.Cc3,Cd6! (et non 14...Cc3? 15.Tad1+!!, Cxd1 16.Txd1+ suivi du mat). 15.Df2! et les noirs sont à l'agonie. b) Après 8...Rf8?, le mat survient par exemple après 9.fxe5,Cc6 10.Fd5!,Cf6 11.exf6,gxf6 12.Fh6+,Re8 13.Te1+,Ce7 14.Dh5# mais il y a encore d'autres possibilités. Donc 8...Rxf7 et 9.fxe5. Toutes les lignes sont ouvertes devant le roi et les noirs ont maintenant leurs deux pièces développées sans protection dont l'une est déjà perdue.

ouvmini6

Dans cette position délicate, les noirs doivent trouver la meilleure façon de parer l'échec. 9...Cf6? (pour retarder la prise du Cd4 et "boucher" la colonne f) ne donne rien pour les noirs, comme le montre cette suite : 10.exf6, Ce6 11.fxg7+!,Rxg7 (quoi d'autre ?) 12.Dg4+,Cg5 (le roi n'a aucune case) 13.Fxg5,De8 14.Ff6+ suivi du mat par 15.Dg7# ou 15.Fg7#). Dans la seule partie répertoriée dans la mégabase 2008, les noirs avaient joué 9...Re8 10.Dxf4,Dh4 11.Cc3!,Tf8 (en espérant faire une attaque à la découverte sur la Dd4 par Cg3+ après avoir attiré le roi en f8) 12.Txf8+,Rxf8 et le second cavalier noir est perdu. Dans la partie mon adversaire a joué 9...Rg8, qui coince le roi noir. Après 10.Dxd4 il y a une menace irrésistible de mat par Dd5, sans parler de l'avenir compromis du second cavalier noir.

ouvmini7

Les noirs jouent ici leur seul coup logique, qui pare en apparence les 2 menaces : 10...d5 C'est sans compter sur la prise en passant 11.exd6! qui devient ici le coup décisif qui fait voler en éclats la position des noirs. Est-ce si dramatique ? Les noirs  croient avoir sauvé  leur cavalier et la partie en récupérant le pion par 11...Cxd6 mais ils seront mat en 3 coups : voyez-vous comment ?

ouvmini8

C'est simple ! 12.Dd5+ et la fin n'est retardée que par l'interposition du fou en e6 et du cavalier en f7. Dans la partie, mon adversaire a abandonné ici.

A posteriori, on peut blamer les noirs d'avoir au 7e coup, accepté naïvement le 2e pion en jouant 7...Cxe4. En 1994 dans cete position, un certain Osipow (2225 elo) avait vaincu un certain Dubiel (2400 elo) qui avait pourtant joué prudemment 7...Cc6, de la façon suivante : 8.Fxf7+!,Rxf7 9.fxe5,Cxe5 10.Dd5+!,Rf8 11.Dxe5. Alors, y a-t-il une parade ? Oui ! Au 7e coup, il aurait fallu jouer 7...d6 ce qui aboutit à une position tendue pour les noirs (mais qui tient encore) après 8.fxe5,dxe5 9.Fg5.

Vous trouverez dans cette petite base pgn, ces analyses ainsi que les 172 parties retrouvées dans la mégabase 2008 sur ce thème à partir de l'outil de recherche utilisant la position au 7e coup (après 7.f4!) : gambit_maxlange