Le_CerveauJ'ai fini par craquer et je me suis procuré récemment le livre de Silman "le cerveau de l'amateur mis à nu" et j'avoue avoir été conquis. De cet auteur, je connaissais surtout son site d'apparence assez peu engageante (surtout qu'à la lecture de l'onglet "voyage spirituel", on se demande tout de suite s'il ne s'agit pas d'un racolage pour une secte) et ses célèbres critiques de livre (où on apprend qu'il existe une gue-guerre entre Jacob Aagaard et John Watson, les deux auteurs de livres d'échecs les plus prolifiques des 10 dernières années). Cet ouvrage complète le fameux "murir son style aux échecs" que je vous commenterai un jour sûrement (lorsque je l'aurai lu !) mais paradoxalement, alors qu'il reprend certains principes énoncés dans "murir son style", ce livre peut être abordé en premier, sans connaissance préalable, et se suffit à lui même. Certains pensent même qu'il est plus abordable. Dans ce livre, Silman reprend de façon très vivante et didactique la façon de traiter les positions en apparences "ternes", où il est difficile intuitivement ou par le calcul de trouver "ce qu'il faut faire". On y apprend comment juger la valeur relative des pièces légères, comment gagner de l'espace et exploiter l'espace conquis, et comment il faut rester humble en se conformant aux exigences de la position. J'ai particulièrement apprécié la façon avec laquelle a été traitée la question des avantages dynamiques et l'épineuse question de l'initiative. Chaque chapitre est illustré de la façon suivante : une position est jouée avec un de ses élèves (dont le niveau elo est donné) qui commente chacun de ses coups. Au départ, l'élève joue avec une position supérieure : à lui de comprendre où réside son avantage et comment l'exploiter. En général, c'est plus la compréhension qui pêche et le résultat est désastreux... pour l'élève. Il est aussi intéressant de lire les commentaires du maître sur les commentaires de l'élève et de comparer comment les mêmes positions sont traitées par des élèves de niveau différent (le meilleur étant côté 2100). Notre ami Philippe Kesmaecker, qui entraîne lui même, s'était aussi livré à cet exercice et nous avait communiqué le fruit de son travail en avant première sur ce blog. Dans ce livre très didactique (seul reproche, le manque de diagrammes nuit un peu à la continuité de la lecture), chaque chapitre est conclu par l'énoncé de quelques principes qui sont censés être utiles en toute circonstance. Si certains sont triviaux, d'autres valent vraiment le détour. Et il y a eu un effort de reformulation qui rend l'ensemble plus agréable que le livre précurseur "maître contre amateur" de Max Euwe. Vous aurez compris que je recommande chaudement ce livre à tous ceux qui, comme moi, avaient tardé et/ou hésité à ingurgiter du Silman .