Attacking1hr_0_1_28_7533Dans ma rubrique "critiques de livres", je vous donne l'avis d'un amateur parfois enthousiaste, parfois déçu mais toujours soucieux de rentabiliser le temps passé à parcourir les livres d'échecs. Bien qu'un peu plus expérimenté, je ne renie pas la position que j'avais l'année dernière sur ce qui doit guider le choix du plus vaste public : celui des amateurs ! Aujourd'hui, j'ai décidé d'aborder en détail et dans le même esprit les critiques de quelques DVD édités par chessbase. Et j'ai décidé de commencer par celui de Rustam Kasimdzhanov intitulé : attacking the king - for experts. Cela fait en effet bien longtemps que je cherche une méthode didactique capable d'expliquer comment reconnaître un roi vulnérable, quand une position est propice pour un sacrifice décisif et quelle stratégie employer pour y parvenir à coup sûr. J'ai, en effet, depuis longtemps l'intuition que cela pourrait-être assez facilement formulé, par exemple par la reconnaissance de quelques points clés d'une position un peu plus précis, tout de même, que la simple reconnaissance de schémas de mat et l'application de maximes du type "3 pièces sur le roque=mat". Le livre de Martin Weterschnick "understanding chess tactics" était un cours de tactique habilement formulé mais qui ne se focalisait pas sur l'attaque sur le roi (le chapitre sur les mats y est assez succint). J'avais noté, sur ce même livre, une publicité de l'éditeur (quality chess) informant de la parution prochaine d'un livre intitulé "mating the castled king" Non seulement le titre était alléchant, mais la combinaison décrite sur la couverture laissait présager un contenu de haute facture. J'avais cherché à l'acheter pendant plusieurs semaines et m'étais heurté toujours au même constat : "exemplaire introuvable ou épuisé". La recherche d'un exemplaire d'occasion sur amazon ou ebay avait aussi été un échec. Idem  chez Variantes où on ne connaissait pas ce livre (un comble !). Et j'ai fini par découvrir le pot aux roses suite à un échange de mail avec Jacob Aagaard (himself !), personnage incontournable de la littérature échiquéenne en général et des éditions quality chess en particulier : l'écriture du livre par Ari Ziegler n'a jamais été achevée "and the publication was thus cancelled" ! Dommage... C'est suite à cette déception que j'ai misé sur le DVD qui nous occupe aujourd'hui...
Soyons clairs tout de suite : le DVD n'a pas réussi à remplir l'objectif pédagogique que j'espérais. (Pour ce faire, peut-être devrai-je me lancer moi même dans cette tâche mais vous devrez attendre que je trouve un associé suffisamment fort et suffisamment désintéressé pour une telle aventure car, clairement, je n'ai pas le niveau !) Pourtant, j'ai éprouvé beaucoup de plaisir à suivre ce DVD et je tenais à l'avouer dans ces lignes. D'abord parce que l'outil est vraiment bien fait (votre échiquier chessbase enrichi des animations est synchrone avec la voix du commentateur : un effet incomparable !), ensuite parce que le commentateur, l'Uzbek Kasimdzhanov, est vraiment très bon : ses commentaires sont très clairs, et des idées profondes sont très bien expliquées. Bien sûr, il faut pouvoir comprendre l'anglais prononcé à l'Uzbek, mais cela s'avère finalement facile comparé à l'anglais très typé d'un certain Andrew Martin, par exemple. Donc seules les personnes vraiment réfractaires à l'anglais seront handicapées. Le matériel du DVD (21 parties) est quant-à-lui très bien choisi. Dans les premières parties commentées (en fait seule l'attaque sur le roi est détaillée) l'auteur a sélectionné une partie emblématique pour chaque champion du monde de Steinitz à Kasparov qu'il a étudié lui-même et qui lui ont fait forte impression. On y découvre que tous les champions du monde de l'histoire étaient de brillants attaquants et maîtrisaient magnifiquement l'outil tactique, y compris Botvinik, Petrossian ou Karpov, contrairement à ce que certains portraits réducteurs laissent supposer. Mais on découvre aussi les différences de style, qui sont ici très bien mises en valeur, le contraste le plus saisissant étant celui entre les sacrifices spéculatifs de Tal et les attaques "sans risque" de Petrossian. Dans la seconde partie, l'auteur commente avec talent et clarté quelques unes de ses propres parties (victorieuses... tiens tiens, ça me rappelle quelqu'un...). Et, me direz-vous, serez vous plus compétents pour attaquer le roi après la vision de toutes ces parties ? Pas sûr. Disons qu'en l'absence de cours systématisé et de connaissance transmise, on y découvre les éléments habituels des déséquilibres qui rendent l'attaque possible et qu'ils sont, à chaque fois, clairement indiqués : du classique déséquilibre de développement associé au roi central ou d'une tour sur la 7e à des notions un peu moins classiques comme l'avancée d'un pion "paralysant" sur la 6e rangée ou le maintien de son propre roi au centre pour pouvoir lancer ses pions de l'aile à l'assaut. Même les meilleurs joueurs y trouveront des idées d'attaque. On se rend compte très vite, finalement, que même avec l'objectif affiché d'attaquer le roi, tout compte, y compris ce qui se passe à l'aile dame. On réalise aussi qu'il faut bien savoir calculer, mais ça, c'est une lapalissade ! L'attaque du roi elle-même est un peu désacralisée : elle n'est plus considérée comme une fin en soi (comme dans l'époque romantique), mais devient aussi un moyen pour obtenir d'autres avantages, conformément à ce qui s'observe dans bon nombre de parties actuelles du top niveau où la conclusion est "technique"... Tout cela donne un peu l'impression par moments d'une confusion des genres mais en fait, on touche à la complexité des échecs et tant le choix des parties que leur analyse "collent" à la pratique actuelle. Encore une fois, les parties, tout comme leurs commentaires, valent le détour...  Bref, cela se déguste comme une (longue) vidéo de votre serviteur : dans un bon canapé confortable, avec un bon verre à la main, et cela vaut toujours mieux qu'une mauvaise série américaine !