J'aime bien les coups incongrus, inattendus, déstabilisants. Je précise : j'aime bien quand c'est moi qui les joue ! Dans la position suivante, les noirs ont un avantage matériel (1 dame contre une tour et un fou). Largement suffisant, sans doute, pour gagner tranquillement. Dans son ouvrage destiné aux joueurs de club, "les secrets de l'efficacité aux échecs", John Nunn fustige un travers fréquent présent chez les joueurs qui ont l'avantage : celui de vouloir à tout prix finir avec panache, briller, au risque de se perdre dans les complications qu'ils ont eux-mêmes engendrées. J'avoue que ma philosophie est tout autre, avant tout parce que je vis dans le luxe de ne jouer que sur internet, sans enjeux. L'avantage de cette démarche est de pouvoir stimuler aussi souvent que possible nos aptitudes tactiques. Et c'est ce que je vous demande ici, avec les noirs : calculer la suite "surprise" qui gagne !

ex153


Réponse : le coup venu de nulle part est 1...Cf5+!!, en apparence complètement crétin : le cavalier et la dame se retrouvent en prise. Sur 2.Txf5, le coup ...Cd4! récupérera tôt ou tard une tour sans risque pour le cavalier. Exemple :  2...De6 3.Tf2,Cd4 4.d3,Db6! et le roi ne peut plus protéger le pion c2 sous peine de perdre la Tf2...Dans la partie, mon adversaire avait joué 2.Re4 et il s'en était suivi 2...Dxf7 3.Txf5,Dg6! et plus rien ne s'oppose à 4...Dg4+! ou 4...Cd4 qui récupèrent la tour... Mais après 4.h3? il y a encore l'amusant tour de passe-passe : 4...Dxg2+, 5.Rd3,Dxh3 6.Re4,Dg4+. CQFD !