Il était temps que l'année 2010 se termine. Elle a été plutôt l'année des déceptions pour le blogueur que je suis, car beaucoup d'investissements semblent avoir récolté beaucoup d'indifférence, si ce n'est de mépris. Au premier rang des flops, il y a eu l'opération tactique pour haïti, qui avait mobilisé le talent et la générosité de Philippe K et avait été relayée par le site de la FFE et par quelques autres blogs. Philippe et moi avions cru pouvoir déclencher une mobilisation digne de nos efforts (et croyez-moi, le travail de Philippe a été titanesque) au lieu de quoi la somme récoltée a été négligeable : bien moins de1000 euros. Les bonnes âmes diraient que c'est le geste qui compte. Je n'ose imaginer ce que pourraient en penser la majorité des Haïtiens, qui ont toujours besoin de concret... Une autre douloureuse prise de conscience a été de constater que mes modestes contributions pourraient avoir un impact délétère sur l'édition des livres d'échecs. Olivier Letréguilly, directeur des éditions Olibris m'a en effet indiqué que la vente de l'excellent livre de Renaldo Veira sur la défense Nimzo-indienne n'avait pas connu le succès escompté et, bien qu'il ne soit pas possible d'en apporter la preuve, le billet que j'avais consacré au sujet et la database qui l'accompagnait pourraient être en cause. Si cette hypothèse est vérifiée, cela voudrait dire que 1) malgré l'écho limité de ce blog, celui-ci pourrait suffire pour déstabiliser l'activité fragile de l'édition de livres d'échecs, 2) le public de ce blog serait un adepte du pillage dénué de toute moralité, 3) que votre serviteur se serait trompé sur toute la ligne. Olivier L a fait preuve de beaucoup de classe en m'autorisant le maintien de la diffusion de cette base... mais vous aurez remarqué que je n'ai pas récidivé depuis plusieurs mois... Christophe Bouton, qui dirige la collection "échecs" chez Payot avait lui-aussi  fustigé le travail comparable de Philippe K dans un commentaire sur Amazon. Si j'étais pugnace, je dirais que l'édition échiquéenne a vraiment du souci à se faire pour se démarquer de la libre circulation sur le web des parties d'échecs, je douterais que l'on puisse déposer un copyright sur une sélection de parties, par ailleurs déjà accessibles, et je continuerais à diffuser des databases. Mais je ne suis pas l'ennemi des éditeurs d'échecs, ni même, surtout, celui des auteurs, qui sont souvent des très bons joueurs qui cherchent à rentabiliser fort logiquement leurs années de travail pour la connaissance de ce jeu inépuisable. J'ai conscience de la fragilité de l'édifice et je serais le premier navré qu'Olibris ou même Payot-échecs (dont je déteste pourtant la présentation des livres) disparaissent. Bref, vous aurez compris que j'ai traversé une petite crise existentielle en tant que blogueur, avec ce leitmotiv : "à quoi bon prendre des risques et pour qui ?"...

D'autres éléments, bien moins importants certes, m'ont aussi désagréablement surpris : l'échec des opérations "prime aux nième visiteur", puisque très peu des visiteurs (identifiés par leur adresse IP) ont pris la peine de se manifester, ce qui contrastait avec le nombre accru de connexions les jours d'annonce... à croire que les lauréats se démarquaient systématiquement de la masse des visiteurs intéressés.... Et puis, cerise sur le gâteau, j'ai reçu un jour un merveilleux message d'encouragement, plein de délicatesse, provenant d'un autre blogueur à qui j'avais fait une publicité. Je vous le livre brut de décoffrage : "Salut,  Je passe régulièrement sur ton blog et malheureusement, il m'intéresse de moins en moins.
C'est un peu en train de devenir "VDM joue et gagne", ce qui à la limite ne me dérange pas, mais ce qui est génant, c'est les positions proposées. En effet, rien n'empêche de prendre un grand plaisir à sacrifier des pièces, mais quand on est dans des positions "qui se gagnent d'elles mêmes", que prendre un cavalier avec un fou devient un sacrifice de démolition, que les mats en 3 se transforment en mats en 5 pour sacrifier plus de pièces, que des positions où on peut gagner une pièce en 1 se transforment en exercices ou un sacrifice de déviation pour gagner dame contre tour et fou a 2 points d'exclamation (1...b6 dans le post du 30/07), je trouve qu'il n'y a plus aucune beauté. C'est bien sûr personnel, mais bon c'est un peu comme si avec 2 dames de plus sans compensation tu en donnais une pour mater, c'est un sacrifice mais il n'y a pas de quoi en faire un post... S'il te plait, rend nous le super blog qu'était échecs en amateur! Rémy"
... J'ai beau côtoyer pas mal de grincheux (pour ne pas dire plus) dans mon métier, j'avoue que ce message m'avait pris au dépourvu, comme si je m'étais acharné à faire de ce blog une activité dont la première fonction était récréative "sans prise de tête". Je croyais naïvement que le succès qu'il avait rencontré, au demeurant totalement inattendu et inespéré, faisait que le public était sur la même longueur d'onde... C'était sûrement stupide... Il n'empêche que la critique n'était pas totalement fausse... juste féroce au regard de mon réel niveau :  je ne suis qu'un amateur qui vous livre ses propres parties (pas un GMI, pas même un entraîneur français...) et je n'ai pas beaucoup dévié de cette ligne depuis l'origine...

Bon, pour ne pas rester sur ces notes d'amertume, je citerai ma  rencontre sympathique avec le Normand Stéphane Croutte. J'ose espérer avoir su le stimuler pour qu'il crée un compte dailymotion et y diffuse ses excellentes vidéos d'échecs. Je citerai aussi ma satisfaction de voir Fabrice Touvron continuer à positiver et a alimenter son blog avec un ton toujours aussi sympathique malgré la succession de traumatismes qu'il a vécu dans l'année 2010. Je citerai enfin la visite remarquée d'Anatoly Karpov mais aussi l'étonnante richesse de vos commentaires suite à mon post...

Que souhaiter pour 2011 ? Vous demander quoi que ce soit serait injuste : l'activité de blogueur reste avant tout une démarche personnelle. Je me demanderai donc d'avoir encore un peu de jus pour continuer à vous stimuler avec mes parties et mes faibles connaissances échiquéennes, qui, il est vrai atteignent l'asymptote car le temps que je consacre à progresser aux échecs est très limité. Un partenariat avec les éditeurs pour la rubrique "critiques de livres" pourrait-être enrichissant... à condition que les éditeurs s'y retrouvent. Et là, j'aimerai les convaincre que le public du blog est un public de passionnés bien plus qu'un public de profiteurs... Je tâcherai de vous donner l'occasion de l'exprimer sur ces pages...

Je vous souhaite une très bonne année 2011