Norway Chess 2013

Le tournoi Norway Chess 2013 vient de s'achever sur une splendide victoire du plus jeune grand-maître de tous les temps, Sergey Karjakin.

1

Encore un magnifique tournoi qui ne déroge pas au fighting spirit auquel les échecs de haut niveau nous ont désormais habitués. Ainsi, aucun joueur ne termine invaincu et moins de la moitié des partie se sont achevées par la nulle. Sept joueurs parviennent à atteindre ou dépasser la moitié des points et les six premiers se tiennent entre 6 et 5 points ce qui est peut-être une indication que les différences de niveau supposées par la cote Elo ne sont, après tout, pas si claires. A titre d'exemple, le septième, Wang Hao, parvint à battre le numéro un mondial ainsi que le champion du monde en titre... mais perdit contre le dernier.

La présence du champion du monde et de son challenger ajoutait une touche spéciale au tournoi. Il est déjà notable qu'Anand et Carlsen n'aient pas cherché à tout prix à s'éviter avant le match qui aura lieu dans quelques mois. Toutefois, ceux qui comptaient affiner leur pronostic pour le prochain championnat du monde en sont pour leurs frais. Le précipice de 80 points de cote Elo qui sépare les deux joueurs ne produisit pas la différence escomptée au classement final, c'est le moins que l'on puisse dire. Si l'on ajoute à celà l'incomparable expérience d'Anand en match, on se dirige vers une finale hautement incertaine. On pourra arguer de la différence d'âge entre les deux joueurs mais le champion en titre n'a pas non plus 75 ans. Il a, de plus, démontré une fois encore la très haute qualité de sa préparation dans l'ouverture. Mon pronostic reste le même, Anand gagnera le match. Probablement avec une marge étroite mais il gagnera.

Mais revenons à notre tournoi. En bas du tableau, Topalov, pourtant auréolé de son récent succès au grand prix de Zug, ne parvint pas à gagner une seule partie, y compris contre le dernier du tournoi !Radjabov, quant à lui, confirma malheureusement sa méforme qui lui valut, il y a peu, la dernière place au tournoi des candidats. Lui seul pourrait dire ce qui ne va pas (ou ce qui ne va plus) au juste dans son jeu, encore que ce ne soit pas certain. Lorsqu'un athète a un problème physique, il cesse, par la force des choses, son activité pendant un temps. Lorsqu'un joueur d'échecs a un souci de même type, il continue. De même, s'il s'agit d'un problème mental, il n'en a pas forcément conscience et arrête rarement de jouer. Nous attendons tous le retour du Radjabov que l'on connait. Parmi ce plateau extrêmement relevé (même avec Svidler remplaçant Kramnik, initialement prévu), c'est peu dire que Jon Ludwig Hammer ne boxait pas dans la même série. Victime désignée, tou le monde voulait sa peau. Il fit plus que bonne figure en ne revenant pas bredouille, ce qui était loin d'être évident avant le début du tournoi.

La progression de chaque joueur ronde après ronde est indiquée par le tableau ci-dessous.

ronde_par_ronde

Karjakin prit la tête début pour ne jamais la lâcher, après un départ inimaginable avec 4 points sur 4. La deuxième place fut squattée par Carlsen à partir de sa victoire de la cinquième ronde face au leader. Le point intéressant, à mon avis, est qu'avant la dernière ronde pas moins de 6 joueurs pouvaient terminer en tête, et trois d'entre eux gagner le tournoi détaché.

Au final, la victoire de Karjakin, amplement méritée, ne doit rien au hasard. Hormis le fait qu'il pouvait gagner contre Topalov dans la dernère ronde, il faut souligner qu'il avait même annoncé son triomphe, en remportant le tournoi de Blitz préliminaire.

norway_blitz

Pour conclure, mes deux parties préférées sont Anand – Topalov (troisième ronde), avec une préparation d'ouverture au rasoir, un chef d'œuvre stratégique et une combinaison finale pleine de finesse, ainsi que Karjakin – Nakamura (ronde 7), une partie d'école où la précision (24.Dh1) s'allie avec bonheur à la réalisation tactique (29.Cc5).

La base de données peut être téléchargée en cliquant sur le lien Norway_Chess. Elle comprend toutes les parties du tournoi ainsi que celles du Blitz préliminaire. Les commentaires proviennent pour l'essentiel du site de Chessbase. Vous trouverez les liens vers les vidéos (en majeure partie, les excellents commentaires de Daniel King) dans le fichier-texte d'introduction mais vous pouvez également y avoir accès sur la page Word Norway_Chess_2013.

Philippe Kesmaecker