Echecs en amateur

01 décembre 2013

LA MEILLEURE PARTIE DU CHAMPIONNAT DU MONDE

Ceux qui s'interessent un peu aux échecs savent que le jeune Magnus Carlsen a récemment été sacré champion du monde d'échecs en battant Anand en Inde, dans un match dominé de la tête et des épaules. Le point culminant a sans doute été la 9e partie où Anand, avec les blancs devait absolument gagner pour espérer rester dans la course et a, pour ce faire, lancé une attaque en apparence imparable ! Carlsen l'a quand même emporté grâce a un talent défensif hors du commun qui illustre à merveille l'art de la défense dans ce qu'il requiert de sens prophylactique et de précision... Il y a eu beaucoup de commentaires de cette belle partie et j'ai eu la bonne surprise de constater que certains commmentaires vidéos en français étaient de haute facture. Je vous en ai sélectionné 2. Ils se complètent à merveille et illustrent combien il est illusoire d'espérer couvrir tous les aspects d'une partie en 30 minutes. Le 1er est signé Fabrice Moracchini du célèbre "Moracchini echecs institute" dont les pubs couvrent depuis longtemps les pages du magazne Europe échecs. Ce commentaire est limpide, agréable a suivre, tant la qualité d'élocution y est irréprochable. Il va a l'essentiel et est très pédagogique. J'étais persuadé ne pas trouver mieux lorsque je suis tombé sur celui de Guillaume Lestrelin. Un peu plus fouillé dans l'analyse des variantes au point critique de la partie, j'ai trouvé qu'il jetait un éclairage nouveau sur le génie de Carlsen. Du coup, il est très utile de voir ces deux videos, dans l'ordre que je vous ai indiqué, pour en sortir riche d'idées stratégiques, renforcer sa culture des ouvertures, et aiguiser son sens tactique ! Que demander de plus pour un amateur d'échecs ?

Posté par vdmvdm à 12:53 - Commentaires [4] - Permalien [#]


26 novembre 2013

MON RECUEIL A NOUVEAU TELECHARGEABLE !

Après avoir été innondé de mails me signalant que le lien était mort, j'ai enfin pu trouver le moyen de vous permettre de télécharger cette oeuvre inégalée dans l'histoire de la littérature échiquéenne (hem !)... Avec le recul, je continue à trouver que l'ouvrage ne manque pas d'attrait même si mon enthousiasme pour les échecs est devenu plus mature ! Plusieurs idées de tome 2, plus structuré, m'ont traversé l'esprit... Mais le temps me manque cruellement ! J'espère que les curieux, les débutants, tous ceux que les échecs ne rebutent pas ou les hypothétiques nouveaux émules du récent championnat du monde (dont la couverture médiatique grand public a été inexistante !), trouveront matière à se distraire ou, qui sait ? apprendront quelque chose.

Pour ceux qui apprécient l'objet, il me reste quelques exemplaires du livre. Ils peuvent me faire signe. Il sera bientôt "collector" !

Posté par vdmvdm à 11:06 - Commentaires [3] - Permalien [#]

14 novembre 2013

JEAN PAUL TOUZE NOUS A QUITTE

fondateurs_TOUZE2

Ce blog est depuis plusieurs mois en veille mais je ne pouvais pas ne pas laisser un petit billet en hommage à Jean-Paul Touzé, décédé le 26 octobre dernier. Je ne le connaissais pas personnellement mais j'avais eu affaire à lui pour résoudre une petite injustice dont avait été victime Philippe Kesmaecker. Et le bonhomme avait été à la hauteur ! Bien que je n'appartienne pas au monde des échecs, il n'avait pas hésité à mouiller sa chemise et à me donner un coup de main. J'avais deviné un homme généreux, plus que ses formes ! Charismatique aussi. Pas étonnant qu'il ait su batir à Belfort une structure dédiée aux échecs inégalée en France et parmi les meilleures du monde occidental, qu'il ait su y attirer, dès le début des années 1990, les plus grandes stars de l'époque, dont un certain Karpov, et organiser de grands événements échiquéens. Je le savais allergique à l'injustice et capable d'aller au combat (il avait été le premier à porter plainte contre Air France qui voulait lui imposer de payer 2 places d'avion à cause de sa corpulence). Il avait récemment renoncé à son titre d'arbitre international FIDE pour protester contre la gestion et l'image calamiteuse de cette fédération. Lorsque nous nous étions parlés au téléphone, il m'avait gentiment invité à faire quelques blitz avec lui "si je passais à Belfort". Son amour pour les échecs semblait être intact et il semblait éprouver un maximum de plaisir à lier cet amour des échecs avec des histoires d'amitié. Il me l'avait exprimé au sujet du livre sur Karpov qu'il avait récemment édité. Cette amitié, au passage, a été très bien commentée dans le billet publié par Europe Echecs en hommage à Jean-Paul Touzé. Nous avions évoqué ensemble la question des miracles : je lui avais dit que, de par mon métier de médecin hospitalier, il m'arrivait d'y croire. Cela l'avait beaucoup amusé.

Il y a des gens qu'on admire ou qu'on aime sans les connaitre vraiment. Jean-Paul est de ceux-là. Je me suis surpris à éprouver un grand vide, l'amertume d'un rendez-vous manqué. Je souhaite transmettre à tous ses proches un message de soutien et de sympathie.

Posté par vdmvdm à 14:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 mai 2013

Norway Chess 2013

Le tournoi Norway Chess 2013 vient de s'achever sur une splendide victoire du plus jeune grand-maître de tous les temps, Sergey Karjakin.

1

Encore un magnifique tournoi qui ne déroge pas au fighting spirit auquel les échecs de haut niveau nous ont désormais habitués. Ainsi, aucun joueur ne termine invaincu et moins de la moitié des partie se sont achevées par la nulle. Sept joueurs parviennent à atteindre ou dépasser la moitié des points et les six premiers se tiennent entre 6 et 5 points ce qui est peut-être une indication que les différences de niveau supposées par la cote Elo ne sont, après tout, pas si claires. A titre d'exemple, le septième, Wang Hao, parvint à battre le numéro un mondial ainsi que le champion du monde en titre... mais perdit contre le dernier.

La présence du champion du monde et de son challenger ajoutait une touche spéciale au tournoi. Il est déjà notable qu'Anand et Carlsen n'aient pas cherché à tout prix à s'éviter avant le match qui aura lieu dans quelques mois. Toutefois, ceux qui comptaient affiner leur pronostic pour le prochain championnat du monde en sont pour leurs frais. Le précipice de 80 points de cote Elo qui sépare les deux joueurs ne produisit pas la différence escomptée au classement final, c'est le moins que l'on puisse dire. Si l'on ajoute à celà l'incomparable expérience d'Anand en match, on se dirige vers une finale hautement incertaine. On pourra arguer de la différence d'âge entre les deux joueurs mais le champion en titre n'a pas non plus 75 ans. Il a, de plus, démontré une fois encore la très haute qualité de sa préparation dans l'ouverture. Mon pronostic reste le même, Anand gagnera le match. Probablement avec une marge étroite mais il gagnera.

Mais revenons à notre tournoi. En bas du tableau, Topalov, pourtant auréolé de son récent succès au grand prix de Zug, ne parvint pas à gagner une seule partie, y compris contre le dernier du tournoi !Radjabov, quant à lui, confirma malheureusement sa méforme qui lui valut, il y a peu, la dernière place au tournoi des candidats. Lui seul pourrait dire ce qui ne va pas (ou ce qui ne va plus) au juste dans son jeu, encore que ce ne soit pas certain. Lorsqu'un athète a un problème physique, il cesse, par la force des choses, son activité pendant un temps. Lorsqu'un joueur d'échecs a un souci de même type, il continue. De même, s'il s'agit d'un problème mental, il n'en a pas forcément conscience et arrête rarement de jouer. Nous attendons tous le retour du Radjabov que l'on connait. Parmi ce plateau extrêmement relevé (même avec Svidler remplaçant Kramnik, initialement prévu), c'est peu dire que Jon Ludwig Hammer ne boxait pas dans la même série. Victime désignée, tou le monde voulait sa peau. Il fit plus que bonne figure en ne revenant pas bredouille, ce qui était loin d'être évident avant le début du tournoi.

La progression de chaque joueur ronde après ronde est indiquée par le tableau ci-dessous.

ronde_par_ronde

Karjakin prit la tête début pour ne jamais la lâcher, après un départ inimaginable avec 4 points sur 4. La deuxième place fut squattée par Carlsen à partir de sa victoire de la cinquième ronde face au leader. Le point intéressant, à mon avis, est qu'avant la dernière ronde pas moins de 6 joueurs pouvaient terminer en tête, et trois d'entre eux gagner le tournoi détaché.

Au final, la victoire de Karjakin, amplement méritée, ne doit rien au hasard. Hormis le fait qu'il pouvait gagner contre Topalov dans la dernère ronde, il faut souligner qu'il avait même annoncé son triomphe, en remportant le tournoi de Blitz préliminaire.

norway_blitz

Pour conclure, mes deux parties préférées sont Anand – Topalov (troisième ronde), avec une préparation d'ouverture au rasoir, un chef d'œuvre stratégique et une combinaison finale pleine de finesse, ainsi que Karjakin – Nakamura (ronde 7), une partie d'école où la précision (24.Dh1) s'allie avec bonheur à la réalisation tactique (29.Cc5).

La base de données peut être téléchargée en cliquant sur le lien Norway_Chess. Elle comprend toutes les parties du tournoi ainsi que celles du Blitz préliminaire. Les commentaires proviennent pour l'essentiel du site de Chessbase. Vous trouverez les liens vers les vidéos (en majeure partie, les excellents commentaires de Daniel King) dans le fichier-texte d'introduction mais vous pouvez également y avoir accès sur la page Word Norway_Chess_2013.

Philippe Kesmaecker

 

 

Posté par PhKesmaecker à 13:52 - Commentaires [3] - Permalien [#]

19 mai 2013

 

Une position sympa a été publiée récemment sur le site de Chessbase http://chessbase.com/Home/TabId/211/PostId/4009847/the-joys-of-chess--refuting-the-refutation-160513.aspx

 

diagram13-hesse

Trait aux Noirs

Les utilisateurs assidus de la base « tactiqueries » auront peut être le sentiment que cette position ne leur est pas inconnue. Avec raison. En effet, il s'il existe des combinaisons dont il est facile de se souvenir il y a aussi celles qu’il n’est pas facile d’oublier.

 

 

Il y a cependant deux choses à souligner concernant l’article de Chessbase.

Tout d’abord, cette position n’est pas issue, comme l’indique l’auteur, d’une partie jouée entre deux inconnus en 1944 mais provient d’une analyse de la partie Durst-Tartakower, Nuremberg, 1908.

La deuxième remarque est que les Noirs font effectivement nulle avec le très élégant 1…Tc7 mais aussi avec le coup extrêmement moche (pour autant, efficace) 1…Th8.

Ainsi afin d’obtenir un exercice « correct », avec une seule solution, il faut placer, dans la position de départ, la Tc8 en c4. On obtient alors une « position d’étude » de la base Tactiqueries, datée de 2010. Dans ce cas, seul 1…Tc7 fait nulle.

 

Posté par PhKesmaecker à 07:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]



22 avril 2013

L’art du combat, soixante ans plus tard

Retour sur le récent tournoi des candidats de Londres

Le tournoi des candidats de Zurich, en 1953, a donné lieu à des luttes épiques et à bon nombre de parties d’anthologie. En commentant toutes les parties de ce marathon dans L’art du combat, David Bronstein donnait naissance à un monument de la littérature échiquéenne, un livre qui fait partie des connaissances de base de tous les grands-maîtres actuels.

Soixante ans plus tard, un nouveau tournoi des candidats était organisé à Londres du 14 mars au 1er avril dernier. Et du combat, il y en a eu ! C’était prévisible, vu la qualité des participants, et la nature du tournoi qui devait désigner LE challenger du champion du monde. Il ne devait donc en rester qu’un et John Nunn alla même jusqu’à prédire, avant le tournoi, que tout se jouerait dans la dernière ronde.

 

La première partie de tournoi vit une lutte au coude à coude entre Carlsen et Aronian qui s’échappaient du peloton avec chacun trois victoires et cinq points sur sept. La question était de savoir si l’un des deux allait avoir une baisse de régime et ce fut Aronian qui en fut victime. Mais simultanément, se produisait un autre évènement. Vladimir Kramnik, qui avait semblé hiberner pendant la première partie de tournoi avec sept nulles sur sept parties, sortit tout à coup ses griffes et réalisa une impressionante performance avec quatre victoires, dont trois consécutives. Tant et si bien qu’il rattrapa Carlsen et prit même  la tête à deux rondes de la fin ! Mais, après une nulle face à Gelfand tandis que Carlsen battait Radjabov, le russe et le norvégien se retrouvaient à égalité de points avant la dernière ronde. Tout pouvait alors se produire et, en tous cas, la prédiction de John Nunn s’avérait exacte… bien qu’imprécise. En effet, c’est quasiment dans la dernière heure du tournoi que le résultat fut acquis ! La victoire finale revint à Carlsen, le départage s’effectuant au nombre de victoires.

J’ignore s’il y aura un nouveau David Bronstein pour nous écrire un deuxième volume de « L’art du combat » et on ne peut que l’espérer. En attendant, j’ai compilé l’ensemble des parties avec les commentaires publiés sur le site de chessbase. Vous pouvez télécharger ce fichier en cliquant sur le lien candidats. Dans le texte de présentation, vous trouverez les liens vers les vidéos des conférences de presse journalières, ainsi que les reportages de Daniel King, excellents comme à l’habitude. Vous trouverez également ces liens sur le fichier word Tournoi_des_candidats, ce qui évite d’avoir à ouvrir chessbase à chaque fois.

Reste à donner un pronostic sur le prochain match de championnat du monde entre Anand et son nouveau dauphin. Il est clair que la plupart des spécialistes donnent Carlsen vainqueur, en raison de sa cote Elo stratosphérique et de son mental de serial killer. Mais en ce qui me concerne - et ce n'est pas seulement par esprit de contradiction - quelque chose me dit que ce ne sera pas si simple pour le challenger. Le champion en titre est probablement supérieur dans l'ouverture et il possède une expérience incomparable en match. Je pense donc qu'Anand gagnera ce match de justesse et conservera son titre.

Philippe Kesmaecker

Posté par PhKesmaecker à 12:45 - Commentaires [4] - Permalien [#]

25 novembre 2012

OU SONT LES CHAMPIONS DE DEMAIN ?

Le championnat du monde des jeunes vient de s’achever à Maribor (Slovénie) et douze joueuses et joueurs ont été couronnés du titre suprême dans leur catégorie. Un reportage est disponible sur le site de Chessbase

On peut penser que les champions de demain se trouvent parmi les 1584 participants et pas seulement chez les vainqueurs. En effet, il n’y a pas de lien évident entre les titres mondiaux jeunes et celui de champion du monde. Ainsi, dans le palmarès junior, seuls Spassky, Karpov, Kasparov et Anand parvinrent par la suite au titre de champion du monde, tandis que Kasparov ne gagna jamais le championnat du monde cadet malgré deux participations (Wattignies, 1976 et Cagnes sur Mer, 1977).

A la lecture des résultats, il n’est pas facile de déduire dans quels pays se trouvent les meilleurs jeunes. Afin d'éclaircir la question, je me suis intéressé aux dix premiers de chacune des catégories et j’ai attribué 10 points au premier, 9 au deuxième, 8 au troisième, et ainsi de suite jusqu’à un point au dixième. Avant de consulter le tableau ci-dessous, essayez de faire votre pronostic. Quels sont à votre avis les 5 premières nations ?

tableau1PK

 

La méthode choisie n’est peut-être pas la meilleure mais le tableau est très parlant. Le premier constat est que la Russie domine outrageusement les débats. Les chiffres parlent d’eux-mêmes avec 21 joueurs dans les dix premières places (presque autant que le 2ème et le 3ème réunis), 3 titres mondiaux et 8 places sur le podium. Lors de l’éclatement de l’union soviétique, nombreux étaient ceux qui prévoyaient un effondrement de l’école russe des échecs. Ils en sont pour leurs frais.

Bien que très loin derrière, les deuxièmes et troisièmes place sont sans surprise, avec l’Inde et la Chine. Cette dernière a encore un net retard à combler, avec deux joueurs seulement sur le podium et aucun titre. Les places suivantes m’ont beaucoup étonné. Je ne m’attendais pas à voir les USA en si belle place, avec deux titres mondiaux à la clef ; mais ce n’est rien comparé à l’incroyable cinquième place de l’Iran ! Je ne suis certainement pas le seul à ne pas avoir prévu ce résultat.

On a ensuite une série de pays à la tradition échiquéenne établie, avec une mention spéciale pour la Pologne, qui place 3 juniors dans les dix premiers et enlève le titre de la catégorie avec Dariusz Swiercz qui était, il est vrai, largement favori. Sur la suite du classement, on remarque l’étrange faiblesse de l’Ukraine (par rapport à la présence de ses stars dans top 100 mondial) et la présence étonnante du Pérou qui souligne l’absence remarquée de l’Argentine. Le Vietnam est en bonne place grâce en particulier à la victoire de Nguyen Anh Khoi avec 100% des points dans la catégorie des moins de 10 ans. Retenez bien ce nom (même si ce n’est pas facile) car on devrait en entendre parler à l’avenir. Dans tout cela, la France ne s’en sort finalement pas si mal même si on devrait évidemment pouvoir mieux faire.

La question subsidiaire est de savoir ce qui explique ces résultats. Sans minimiser le talent personnel des joueurs, il me semble qu'une grande partie des succès repose sur la qualité des entraineurs. Il serait intéressant de savoir, par exemple, qui forme les jeunes joueurs iraniens. Le GMI Amir Bagheri serait-il dans le coup ?

tableau2pk

tableau2pk

1ère française  Ginovart Camille (1577) 41ème avec 6.0

 

tableau2pk

1er français Tomasi Albert (1759) 54ème avec 6.5

 

tableau2pk

1ère française  De Talance Bérénice (1501) 50ème avec 6.0

 

tableau2pk

1er  français Mohammad Fahim (1932) 54ème avec 6.5

 

tableau2pk

 1ère française Broly Mathilde (1696) 15ème avec 7.0

 

tableau2pk

tableau2pk

 

tableau2pk

1er français Giroyan Gary (2382) 31ème avec 6.5

tableau2pk

1ère française Bellaiche Elise (1976) 16ème avec 7.0

tableau2pk

1er français IM Lagarde Maxime (2501) 16ème avec 7.0

tableau2pk

 1ère française Neuhauser Salome (2008) 25èmeavec 6.5.

 

L'article complet au format word

Posté par PhKesmaecker à 12:52 - Commentaires [3] - Permalien [#]

04 novembre 2012

LA TECHNIQUE JEREMY SILMANN EXPLIQUEE PAR MICHEL BARRE

Cela faisait longtemps que je n'étais pas venu rafraichir les pages de ce blog et, au hasard d'un petit surf sur youtube, je suis tombé sur une vidéo très didactique de Michel Barré. Elle explique ni plus ni moins comment identifier et exploiter les déséquilibres d'une position selon la "réflexion structurée" préconisée par Jéremy Silman dans son livre célèbre "murir son style aux échecs". C'est court, clair et l'exemple est assez bien choisi... J'avoue que dans cette position, j'avais d'abord été tenté par une manoeuvre Tf3-g3-g6 avec Dc1 ou Dd2 visant h6... autant dire une ménace de mat grossière ! Ah ! prendre un pion : que demander de plus quand on est GMI ?

Posté par vdmvdm à 00:44 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

15 juillet 2012

COINCIDENCE

Le 27 novembre 1959, la partie suivante fut jouée dans un club d’échecs du quartier de Villa Crespo à Buenos Aires.

 Martinez - Castelli

 1.d4 d5 2.Cf3 e6 3.e3 Cf6 4.Fd3 c5 5.c3 Cc6 6.Cbd2 Fd6 7.0–0 0–0 8.De2 e5 9.dxc5 Fxc5 10.e4 d4 11.Cb3 Fb6 12.cxd4 Cxd4 13.Cbxd4 Fxd4 14.Cxd4 Dxd4 15.Fe3 Dd6 16.Tac1 b6 17.Tfd1 Fb7 18.Fc4 De7 19.f3 Tfd8 20.Tc2 Txd1+ 21.Dxd1 Td8 22.Td2 Txd2 23.Dxd2 Dd7 24.Dxd7 Cxd7 25.Fb5 Cb8 26.Rf2 Fc6 27.Fc4 Rf8 28.Re2 Re7 29.Rd2 f6 30.Rc3 Rd6 31.b3 Cd7 32.Fc1 a5 33.Fa3+ Rc7 34.Fg8 h6 35.Fe7 Fb5 36.g3 Fe2 37.f4 exf4 38.gxf4 g5 39.fxg5 fxg5 40.Rd4 Fg4 41.Rd5 Fd1 42.Fe6 Ff3 43.Ff5 Fg2 44.Fd6+ Rd8 45.Re6 b5 46.a3 a4 47.bxa4 bxa4 48.Rf7 Cb6 49.Rg6 Cc4 50.Fb4 Ce3 51.Rxh6 Cxf5+ 52.exf5 Re8 53.Rxg5 Rf7 54.h4 Fd5 55.h5 Rg7 56.Fc3+ Rf7 57.h6 Rg8 58.Rg6 Ff7+ 59.Rf6 Fc4 60.Re7 Fd5 61.f6 Fc4 62.Rd6 Fb3 63.Rc5 Rh7 64.Fd2 Rg8 65.Rb4 Fc2 66.Fe3 Fb3 67.Fd4 Rh7 68.Fe3 Rg8 69.Ff4 Fc2 70.Fe5 Rf7 71.Fd4 Re6

pk1 

 

Les deux joueurs conclurent la nulle après 72.Rb5 Rd7 73.Fc3 Rd6 74.Fb4+ Re6 75.Fe7 Rd7 76.Rb4 Re6 77.h7 Fxh7 78.Rxa4 Rd7 79.Rb5 Fg8 80.Rb6 Fb3 81.Fc5 Re6 82.Fd4 Rd7 83.Fc3 Rd6 84.Fb4+ Re6 85.Fe7 ½–½

 

Jusqu’ici, rien d’extraordinaire mais attendez la suite. Quelques temps plus tard, le même Castelli joua une partie très différente. C’était au même endroit, à la même table située près de la fenêtre centrale donnant sur le balcon. Cette fois, il avait les Blancs. Au 71ème coup, au même moment que dans la partie contre Martinez, apparut rigoureusement la même position. Une extraordinaire coïncidence !

En effet, sans parler du nombre monstrueusement plus élevé de parties d’échecs légales, le nombre de parties d’échecs différentes ayant un sens échiquéen, encore appelé « nombre de Shannon », est de 10 120.  Autrement dit, un « 1 » suivi de 120 zéros. A titre de comparaison, la physique actuelle donne une estimation du nombre d'atomes dans l'univers observable compris entre 4×1078 et 6×1079.

Comment se représenter le nombre de Shannon à l’échelle humaine ? Il semble que ce ne soit pas possible. Amusez vous par exemple à évaluer le temps que représentent 10120 secondes ou la distance de 10120 millimètres. Si cela ne suffit pas, on peut parler du nombre de parties d’échecs légales, évalué à … 10 13100.

 

Castelli - Fedorovsky

Buenos Aires, 5 janvier 1960

 

1.e4 Cc6 2.d4 e5 3.Cf3 exd4 4.Fc4 Cf6 5.0–0 Fc5 6.e5 d5 7.exf6 dxc4 8.fxg7 Tg8 9.Fg5 Dd6 10.Te1+ Fe6 11.Cbd2 Dd5 12.Ce4 Fe7 13.Cf6+ Fxf6 14.Fxf6 Df5 15.Fh4 Txg7 16.Cxd4 Cxd4 17.Dxd4 Dg4 18.De4 Dxe4 19.Txe4 Rd7 20.Td1+ Rc6 21.Te5 Tag8 22.g3 b5 23.a3 Tg6 24.f3 a6 25.Rf2 h6 26.Td4 Fc8 27.g4 Td6 28.Re3 Tgg6 29.Fg3 Txd4 30.Rxd4 Td6+ 31.Re3 Te6 32.Txe6+ Fxe6 33.Ff4 h5 34.gxh5 c3 35.bxc3 Ff5 36.Rd4 f6 37.Fg3 Rd7 38.Rd5 Fxc2 39.Fh4 Fd1 40.h6 c6+ 41.Rc5 Fc2 42.Fxf6 a5 43.c4 bxc4 44.Rxc4 a4 45.Rb4 Re6 46.Fd4 Rf7 47.h7 c5+ 48.Fxc5 Rg7 49.Rc3 Fd1 50.f4 Rxh7 51.f5 Fg4 52.f6 Rg6 53.Fd4 Fe6 54.Rb4 Fb3 55.Rc5 Fd1 56.Rd6 Rf7 57.Re5 Fc2 58.h4 Fd1 59.Rf5 Fc2+ 60.Rg5 Fb3 61.Fc3 Fc4 62.Rf5 Fe2 63.Rg5 Fc4 64.h5 Fb3 65.Rf5 Fd1 66.h6 Fc2+ 67.Re5 Fb1 68.Rd6 Fc2 69.Fd4 Fh7 70.Rc5 Re6 71.Rb4 Fc2

 

pk2 

 

Pour la petite histoire, Castelli était probablement un joueur qui étudiait ses parties, puisqu’il joua la finale à la perfection.

72.Rb5! [72.h7 Fxh7 73.Rxa4 fait nulle comme l'indiquent les tables de Nalimov http://www.k4it.de/index.php?topic=egtb&lang=en ] 72...Rd7 73.Ff2! Rd6 74.Fh4 Comme on le verra, le fou est idéalement placé en h4. 74...Re6 75.Rb4 Zugzwang. On ne peut jouer 75... Rd6 car après 76. f7 le fou h4 contrôle e7 et le pion fait dame. De plus, le fou noir ne peut quitter ni la protection du pion a4, ni la diagonale b1–h7. Il ne reste donc que Rf7. 75...Rf7 76.h7! Fxh7 77.Rxa4 Il y a peu de différence avec la position après 72. h7 Fxh7 73.Rxa4 mais dans cette configuration, les Blancs gagnent. On peut le vérifier sur le site des tables de Nalimov, cité précédemment. 77...Fg8 78.Rb5 Re6 79.Rb6 Rd7 80.a4 Fd5 81.a5 Rd6 82.a6 et les Noirs abandonnèrent.

Cette histoire, rapportée par Eduardo Bauzá Mercére est citée par Tim Krabbé sur le site http://timkr.home.xs4all.nl/chess2/diary13txt.htm

 

J’ignore si c’est à cet endroit exact que ces deux parties furent jouées, mais en recherchant un club d’échecs dans le quartier de Villa Crespo, on tombe sur le café San Bernardo, 5436 avenida Corrientes. On remarquera les fenêtres donnant sur un balcon ;-)

 pk3

 

les parties au format chessbase : coincidence

 Bon dimanche !

PK

Posté par vdmvdm à 20:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 juillet 2012

TOPISSIME !!

forcing chess movesCeux qui, comme moi, raffolent de tactique, devraient apprécier ce livre splendide, que j'ai découvert l'année dernière et que je vous avais promis de commenter... La couverture un peu racoleuse ne rend pas bien compte du sérieux et de la valeur de ce livre, publié en 2008 aux éditions New In Chess. L'auteur, Charles Hertan, ne cherche ni plus ni moins qu'à nous enseigner comment ne plus passer à côté de coups forcés et cite en exemple l'ordinateur en nous encourageant à développer un "regard d'ordinateur"! Dans sa préface, le GM Joel Benjamin écrit : "La beauté de la réalisation de Hertan réside dans la qualité à la fois des positions choisies, et de l'analyse. Les exemples sont utiles pour les plus forts maîtres, mais sont expliqués et analysés à un niveau qui débloque leurs mystères, même pour le joueur de club moyen."
Le thème principal développé dans le livre, comme le suggère le titre, consiste à trouver des suites de coups forcées.
Selon la définition de Hertan "Un coup forcé est (tout simplement !) un coup qui limite les options de l'adversaire".  A la fin du livre l'auteur révèle l'origine de sa démarche. Il explique qu'au cours de ses nombreuses années d'enseignement d'échecs, il a constaté que ses élèves au niveau varié, (du débutant au candidat-maître), passaient régulièrement à côté de certains coups forcés critiques. Ces étudiants expliquaient ne pas avoir considéré ces coups du fait de considérations générales, du genre :  " le coup ruine mon structure de pions " ou "il  est trop passif." qui apparaissent comme autant d'entraves au calcul. Les ordinateurs, eux, ne s'encombrent pas de telles considérations et calculent sans pitié jusqu'à ce qu'ils trouvent les plus fortes suites de coups. La méthode qu'il a entrepris était de conseiller à ses élèves de toujours analyser en premier les suites de coups forcés. Hertan reconnaît que les coups forcés ne sont pas nécessairement les meilleurs coups, puisqu'il constate : " Le coup le plus contraignant risque de perdre purement et simplement, et le fait le plus souvent". Néanmoins, l'auteur insiste pour que nous ayions l'habitude de toujours d'abord examiner ces coups. Ses arguments sont les suivants :
● Lorsque ces coups fonctionnent, ils transforment instantanément le cours de la partie à notre avantage.
● L'analyse d'un coup forcé fait gagner du temps, car aucune autre analyse n'est plus
nécessaire si votre calcul montre que le coup forçant donne l'avantage.
● Parce que par définition, le coup forçant limite les options de votre adversaire, il ya moins de risque de calcul défectueux.
Hertan affirme qu' " Une étude approfondie des coups forcés est probablement l'étape la plus importante vers la maîtrise des échecs." Si tout le monde n'est pas d'accord avec cette affirmation, il reste évident que cette gymnastique fera de tout joueur un dangereux tacticien .

La table des matières fournit un aperçu de la démarche de l'auteur. Comme toujours, le découpage des chapitres peut apparaître un peu artificiel, mais on apprécie l'effort didactique :
● Ch.1: Coups forcés classiques
● Ch.2: Attaques de mat classiques
● Ch.3: Combinaisons brutales
● Ch.4: Coups forcés surprises
● Ch.5: Menaces de force égale à supérieure
● ch.6: Coups forcés tranquilles
● Ch.7: Retraites forcées
● Ch.8: Zwischenzugs
● Ch.9: Coups forcés défensifs
● Ch.10: Coups forcés en finale
● Ch.11: L'intuition et la créativité
● ch.12: Divers exercices

Les deux premiers chapitres nous font réviser les schémas de mat classiques : mats du couloir et dérivés, mats étouffés, etc. ainsi que des attaques typiques sur les cases faibles h7 et f7. Hertan note que "L'école soviétique des échecs légendaire, qui a complètement dominé le monde des échecs depuis des décennies et continue d'être très influente, considérère ces combinaisons spectaculaires comme le b-a-ba de l'arsenal de tout maître d'échecs." Une grande partie du reste de l'ouvrage se compose essentiellement de positions où "les blancs (ou les noirs) jouent et gagnent" difficiles à résoudre. Hertan a sélectionné des positions qui imposent au lecteur de dépasser toute «partialité humaine» pour permettre des combinaisons surprenantes.
Dans le chapitre 5, l'auteur nous apprend à éviter les réflexes défensifs qui nuisent à la créativité : "Vous pouvez voir ce défaut très souvent chez les débutants :
quand leur reine est attaqué, ils la déplacent immédiatement, comme si tous les autres coups étaient soudainement devenus hors la loi ! Mais même les joueurs les plus forts sont parfois coupables de réponses automatiques défensives du même type." Hertan suggère que lorsqu'on est confronté à une attaque, on doit toujours se demander si une menace égale ou plus forte est disponible. Ces retours de baton peuvent être parmi les coups qui procurent le plus de plaisir.
Chaque chapitre commence par quelques paragraphes de "matériel d'étude", dans lequel l'auteur introduit le lecteur à un autre aspect du jeu qui peut être renforcée par l'approche "computer eyes". Plusieurs exemples graphiques sont présentés et expliqués, puis chaque chapitre se termine par une série d'exercices pour tester le lecteur. La fin du livre contient trente-quatre "Divers exercices" qui représentent un assortiment des motifs précédents. Dans sa post-face, Hertan écrit: "En fin de compte, je pense que j'ai écrit le livre dont j'avais besoin au début de ma carrière."

Les joueurs d'échecs sont constamment encouragés à l'étude de la tactique, et il y a déjà d'innombrables livres d'exercices cet effet. Mais ce livre est bien plus qu'un simple livre d'exercices tactiques : il enseigne au lecteur le processus par lequel il pourra produire lui-même des combinaisons belles et surprenantes. Et lorsque le temps est compté alors qu'il y a le choix entre de trop nombreux coups candidats, rappelons-nous des conseils Hertan de toujours examiner les coups forçants en premier. Évitons les réponses «réflexe» et laissons-nous la liberté d'évaluer les coups qui ont l'air trop bizarres... Des progrès en perspective.

Posté par vdmvdm à 17:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 juin 2012

LE MEMORIAL TAL...

tal_memorial_2012_logo

... vient tout juste de s'achever par la victoire de Carlsen et Philippe K met déjà à notre disposition l'intégrale des parties, en téléchargement gratuit, of course ! Certaines sont commentées pour notre plaisir...Je le diffuse instantanément, l'histoire de faire pardonner la récente diffusion d'une vieille partie ! Merci PK !

Télécharger ici la base Tal_Memorial_2012

Posté par vdmvdm à 20:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

17 juin 2012

INTERLUDE

Que pensez-vous de cette video ? Ce n'est pas de la toute première jeunesse, mais l'affiche tient ses promesses...

Posté par vdmvdm à 18:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 mai 2012

COMMENT BIEN COMMENTER UNE PARTIE TERNE ?...

... c'est dans cet exercice imposé par la mouture actuelle du championnat du monde entre Anand et Gelfand que plusieurs bons joueurs s'exercent depuis quelques jours. Parmi eux, je voulais signaler l'excellente qualité didactique de Fabrice du "Moracchini échecs institut", qui, dans son commentaire de la 5e partie, tente de répondre à la question suivante : Gelfand sait-il répondre à 1.e4 ? On sent le suspence intenable !... Trève de plaisanterie, il y beaucoup de bonnes choses dans les vidéos de Fabrice postées sur youtube. Les débutants apprécieront sans doute, encore une fois, la clarté des commentaires qui, c'est à noter, sont prononcés avec une voix agréable dans un français de qualité. Je vous laisse vous faire votre opinion...

Posté par vdmvdm à 10:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

14 mai 2012

UN PETIT MOT EN PASSANT...

Bonjour a tous... Mes activités professionnelles m'ont éloigné un peu des échecs mais je jette un oeil,de temps en temps aux quizz de libération, aux puzzles de chess.com... et bien sûr à l'actualité ! Comment faire l'impasse sur le championnat du monde, qui oppose peut-être pour la première fois dans l'histoire, les deux champions les plus sympathiques du circuit ? Les grincheux, sans doute, trouvent que Gelfand n'est peut-être pas à sa place, et qu'il manque un zeste d'atmosphère sulfureuse. Les férus de tactique, comme moi, ont peut-être été déçu par les deux 1ers matches, soldés par une courte nulle... C'est sans doute l'avis de mon ami Daniel King qui a décidé de meubler notre attente d'affrontement sanglant en rappelant une joute tactique gagnée de main de maître par Anand contre ... Topalov. La vidéo est courte, le commentaire limpide (même pour les non anglophones) et la démonstration de la maîtrise d'Anand y est étincelante ! Eh oui, il n'y a pas que Carlsen et Aronian pour faire vibrer l'échiquier : les quadras et quincas ont toujours de beaux restes !

 

Posté par vdmvdm à 16:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

14 janvier 2012

UN FESTIVAL TACTIQUE...

StammaPhilip_1705-1755... vous attend dans cette vidéo, que j'avais enregistree il y a plus de 2 ans et qui était restée bloquée au stade de "publication en attente" sur dailymotion. Il s'agit de quelques dizaines de positions créées par Philippe Stamma au début du 18e siècle. J'avais il y a quelque temps publié une première vidéo consacrée à l'étude des finales par Philippe Stamma. Ces positions sont toutes construites sur le même modèle : les blancs sont sous la menace d'un mat immédiat mais ont le trait et gagnent à l'aide d'une combinaison de mat forcée. Ceci étant dit, les mats ne sont pas toujours faciles à trouver. Et l'exercice ne peut qu'aider tous les amateurs à améliorer leur puissance de calcul. Si vous souhaitez jouer le jeu, faites pause à chaque position pour vous creuser les méninges (mais pas plus de 2 minutes par position, sinon il vous faudra toute une après midi !)... Je vous souhaite à tous une excellente année, gagnante sur tous les plans... A bientôt !

Posté par vdmvdm à 21:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :



Fin »
Newsletter
Tags