Je suis plutôt content des parties jouées aujourd'hui. Et bien que j'ai quelques centaines de parties de retard à passer à la moulinette de Fritz, je ne résiste pas à vous livrer en priorité cette partie : une sicilienne Najdorf (variante dont je suis loin de maîtriser la théorie tentaculaire) que j'ai joué ce soir avec les blancs. Elle ne vaut certainement pas celle jouée par Ivantchouk contre Karjakin à Melody Amber en 2008 (pour ceux qui ne connaissent pas cette partie spectaculaire, je vous invite à la savourer commentée par Pierrot : un régal !). Pourtant, j'en ai tiré une grande satisfaction, d'une part parce que mon adversaire était un fort joueur, et d'autre part parce que le gain a été obtenu après une lutte effrénée pour l'initiative, avec un sacrifice thématique de cavalier en b5 au 13e coup puis un pion laissé en pâture au 17e coup , deux coups qui se sont avérés douteux après l'analyse mais qui ont suffi pour jeter le trouble ! La partie était tellement tendue que j'ai moi-même manqué une combinaison très élégante dans la position suivante : saurez vous faire mieux que moi ?

ex95


Réponse :Dans cette position, j'ai joué 17.Cd4 planifiant une attaque sur le Cg6 qui a été possible par l'acceptation du pion sacrifié. Néanmoins, il y avait bien mieux ! 17.Cxd6+! était un magnifique pseudosacrifice ! Le cavalier est en effet imprenable : après 17...Fxd6?? suit 18.Fb5! qui gagne la dame noire. Les noirs sont condamnés à jouer 17...Rf8 et subissent de fortes menaces après 18.Fb5,Dc7 19.Dh6+,Rg8 20.Ce8! menaçant un mat en g7. La suite prévisible est alors 20...Ff8 21.Dxf8+!!,Rxf8 22.Cxc7 qui gagne encore du matériel. SUPERBE !
Voici la partie complète commentée en pdf et en pgn et voici la partie animée :


une belle sicilienne.pgn